Cyberintimidation : le danger numérique dans la chambre des enfants et adolescents

Son frère ou Sa sœur : Bien préparer son enfant aîné.e
mars 23, 2021
Fête de carnaval des enfants : découvrez 5 bonnes recettes
mars 23, 2021

Le phénomène du “bullying” n’est pas nouveau : les enfants et les jeunes se sont toujours malmenés entre eux. Ce qui est nouveau, cependant, c’est qu’elle ne s’arrête pas lorsqu’ils quittent le bâtiment de l’école. Les auteurs de ces actes suivent numériquement leur victime jusqu’à la chambre des enfants. L’intrusion dans la vie privée peut avoir lieu 24 heures sur 24, le public est ingérable, le contenu se répand extrêmement vite et les auteurs peuvent agir de manière anonyme.

L’augmentation de la cyberintimidation

Des études montrent que le nombre de victimes de cyberintimidation augmente chaque année. Plus de la moitié des enfants concernés en Europe évoquent la dépressivité résultant des brimades. 38 % disent avoir joué avec des pensées suicidaires. Qu’il s’agisse de textes obscènes, de photos ou de vidéos embarrassantes, tout peut littéralement faire le tour du monde en quelques secondes via le World Wide Web. Et on le voit. Les enquêtes actuelles montrent que les enfants passent la plupart de leur temps sur l’internet à communiquer et à se divertir.

“La séparation entre le monde hors ligne d’une part et le monde en ligne d’autre part a disparu depuis longtemps pour cette génération. En bref : alors que les personnes âgées “vont en ligne”, les jeunes y sont depuis longtemps et y passent une partie considérable de leur vie. Avec tous les avantages, mais aussi les risques”, explique le Dr Astrid Carolus, psychologue des médias à l’université de Würzburg.

La cyberintimidation : ça n’arrive pas qu’aux autres

Robin (17 ans) est apprentie dans l’entreprise. Il y a quelques jours, il a raconté une histoire terriblement intéressante. Comme beaucoup d’autres adolescents, il regarde des vidéos sur Facebook. Dans l’une de ces vidéos, un garçon a battu un camarade. Robin ne savait pas qui était l’auteur ou la victime. Cependant, l’école qui était visible en arrière-plan lui était très familière. C’est l’école où sa mère enseigne.

Robin lui a parlé, lui a montré la vidéo. Sa mère a appelé la police. L’adolescent violent a été localisé et traduit en justice. Une fin heureuse ? Mais qu’en est-il de la victime ? Comment doit-il se sentir ? Il est raisonnable de supposer qu’il a également vu la vidéo.

On peut essayer de supprimer de l’ordinateur ou du tableau d’affichage ce qui a été vu une fois. L’effacer de votre tête est encore plus difficile.

Et qu’en est-il de la personne qui a réalisé la vidéo ? Qu’en est-il de ceux qui ont partagé la vidéo sur les réseaux sociaux ? Comment les enfants doivent-ils réagir dans de tels cas et à quel moment commence-t-on à se sentir “coupable” ? Ici, outre les enseignants, les parents sont les plus importants. Après tout, l’éducation en ligne ne doit pas s’arrêter. Dans le monde hors ligne, nous essayons de protéger nos enfants et nous posons des questions comme : “Où allez-vous ? “Qui allez-vous rencontrer et quand rentrerez-vous ? Cette préoccupation devrait également s’appliquer en ligne. C’est le cas, aussi bien que hors ligne : Les interdictions n’aident pas. L’éducation devrait plutôt viser à développer une approche compétente des médias et des contenus.

Comment les parents peuvent-ils protéger au mieux leurs enfants lorsqu’ils utilisent l’internet ?

Intéressez-vous aux activités en ligne de l’enfant : Chercher activement à communiquer avec l’enfant.

Sensibiliser aux risques : Le travail éducatif doit commencer tôt.

Développer ensemble des stratégies de sécurité : Filtre ou contrôle parental

Et si quelque chose se produit : Soyez là en tant que personne de contact ! Apporter une aide concrète.

Si vous ne savez pas quoi faire : ne craignez pas l’aide extérieure. Demandez aux experts.

Si vous regardez autour de vous, vous verrez que beaucoup est fait pour éduquer sur le sujet. Il y a une discussion publique et animée. Dans certaines écoles, il existe des unités d’enseignement traitant de la cyberintimidation, des initiatives telles que la “Journée pour un Internet plus sûr” se sont mises en place et reçoivent de plus en plus d’attention.

L’urgence de mener un travail de fond

Mais cela ne doit être que le début. Pour rendre l’internet plus sûr, nous devons comprendre pourquoi les gens agissent de certaines manières. Les enfants et les jeunes sous-estiment souvent les dommages qu’ils peuvent faire avec une photo ou une vidéo publiée sur Internet, ou la sensation que des messages blessants ou menaçants peuvent déclencher chez les personnes concernées. Kaspersky Lab a l’intention de s’impliquer encore plus dans ce domaine dans un avenir proche.